méiose

Publié le par Dr. Abdeldjalil Mohamed Cherif

VI . MEIOSE

1 Introduction

La méiose est la division caractéristique des cellules germinales, elle se déroule durant la gamétogenèse (spermatogenèse ou ovogenèse), c'est-à-dire durant l'élaboration des gamètes et a pour but de donner des cellules haploïdes (à n chromosome) à partir de cellules diploïdes (à 2n chromosomes) au cours de deux divisions successives :

- la méiose I ou  division réductionnelle.  

- la méiose II ou  division  équationnelle.

Chaque division est formée de quatre phases : prophase, métaphase, anaphase et télophase. 

2. Déroulement de la méiose  

2.1. Méiose I (division réductionnelle)

a) Prophase I

Le début de la prophase de méioseI rappelle le début de la mitose. On assiste à un épaississement et un raccourcissement progressif des chromosomes qui deviennent de plus en plus visibles.

Cependant la prophase de méiose I est beaucoup plus longue et plus complexe que la prophase mitotique. Cette complexité a conduit les cytologistes à subdiviser la prophase I de méiose en 5 stades qui se succèdent de manière continue:   

Stade leptotène

Les filaments chromosomiques commencent à devenir visibles au microscope optique.

A la différence de la mitose les chromosomes n'apparaissent pas clivés longitudinalement en chromatides. Le long des chromosomes on peut distinguer des régions plus ou moins épaisses, irrégulièrement espacés : les chromomères dont la séquence est caractéristique de chaque chromosome.

 

Stade zygotène :

On assiste à un appariement des chromosomes homologues, l'appariement débute en certains points puis se propage sur toute la longueur du chromosome. Les paires de chromosomes accolés constituent des bivalents. Pendant ce stade le processus d'épaississement des chromosomes se poursuit ceux-ci paraissent de mieux en mieux individualisés

Stade pachytène :

À ce stade l'épaississement est tel qu'il devient possible de reconnaître et d'individualiser chaque bivalent d'après la disposition des chromoméres et du centromère qui devient visible.

Stade diplotène:

A se stade chacun des deux chromosomes homologues apparaît nettement clivé longitudinalement en chromatides (excepté au niveau des centromères). Chaque bivalent est donc constitué de deux chromosomes clivés soit 4 chromatides constituant ainsi des tétrades

L'attraction mutuelle entre les chromosomes homologues se relâche de telle sorte que ceux-ci ne sont plus en contact étroit qu'au niveau de certains points de contact appelés chiasmas.

Ces chiasmas indiquent les endroits où se sont produits des échanges de segments de chromosomes entre 2 chromatides non soeurs (homologues). Ces échanges correspondent au phénomène d'enjambement ou crossing-over.

Stade diacinèse :

Pendant ce stade le chromosomes continuent à s'épaissir (on ne distingue plus de chromomère) les chiasmas se terminalisent: ils glissent vers l'extrémité des bras et leur nombre diminue,

chaque tétrade forme alors des figures caractéristiques, en croix, en 8, ou en anneau.    

A la fin de la diacinése, l'enveloppe nucléaire et les nucléoles disparaissent, et un fuseau de division analogue au fuseau mitotique est mis en place.   

b) Métaphase I :

Pour chaque bivalent, les centromères homologues se disposent, à égale distance, de part et d'autre de la plaque équatoriale (et non dans le plan équatorial comme pour la mitose)

c) Anaphase I :

La terminalisation prend fin. Les derniers chiasmas se séparent. Les deux homologuent de chaque bivalent migrent chacun vers un pôle de la cellule (chaque chromosome étant clivé en deux chromatides).

d) Télophase I :

On obtient finalement à chaque pôle n chromosomes déjà clivés. Selon les cas il y a reconstitution d'un noyau interphasique selon un processus analogue à la télophase de mitose, ou bien amorce immédiate de la seconde division de la méiose.

2.2. Méiose II  ou division équationnelle

Elle est comparable à une mitose normale. Les deux noyaux issus de la première division subissent chacun une seconde division parallèlement, de manière synchrone.

- La prophase de cette deuxième division est souvent escamotée puisque les chromosomes sont déjà constitués.

- La métaphase est normale   

- A l'anaphase les centromères se divisent, et chaque chromosome fils gagne un pôle de la cellule.

A la télophase la citodiérèse divise chaque cellule haploïde en deux cellules haploïdes

En définitif, la cellule originelle diploïde a donc donné 4 cellules haploïdes, à la suite de ces deux divisions consécutives (méiose I et méiose II).

Chez les animaux supérieurs ces 4 cellules haploïdes se différencieront en spermatozoïdes chez le mâle alors que chez la femelle une seule sera fonctionnelle, les trois autres appelées globules polaire, étant éliminées.  

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 Métaphase II

 

 

Anaphase II

 

 

Télophase II

 

 

 

 

 

 

Publié dans Divisions cellulaires

Commenter cet article